Les Disques Strandflat

Musiques d'en-dessous

Strandflat Manifesto

Toute construction finira destruction. On aura beau tenter d'allonger la monotonie de la vie au bout du faux-plat un mur se dresse, une masse montagneuse infranchissable, au bout de cette plaine il y a l'inévitable fracas. En attendant, on peut divaguer et sculpter cette étendue. Mer, glace et gel nous ont précédé. En parcourant pieds nus et oreilles froissées le morne strandflat, on entend, réfugié entre les anfractuosités d'une veine de quartz blessée par le froid, le microscome des musiques d'en-dessous. Le songe strident des bactéries cryptoendolithiques nous laisse sans voix et les hurlements des levures transcrivent imparfaitement le malaise microbien qui nous entoure. Ce n'est donc qu'à partir d'un échantillon de principes évasifs que l'on peut cerner leur univers onirique; ils ont pu dire ceci :

"Si nous étions une révolte littéraire, nous serions un soupir post-exotique,
si nous étions un acharnement contre nous-mêmes, nous serions Frère Numéro Un,
si nous étions de l'argile, nous serions étalés sur les paumes de Gilgamesh,
si nous étions un peintre monochrome, nous serions un nuancier Pantone humide,
si nous étions un hareng, nous serions en train d'agoniser sur les rivages d'Isafjördur,
si nous étions un type de mottes, nous serions un thufur éventré,
si nous étions une pensée, nous serions un principe cunéiforme,
si nous étions une musique, nous serions les Disques Strandflat."

Pour toutes ces mauvaises raisons, nous sommes Strandflat. Pour vous, nous écoutons et diffusons les voix inférieures des cultures d'en-dessous.

Melayne Seitoung, 2013.

Interview de Strandflat dans OBSKÜRE Mag (France)

Publié dans le n°19, février 2014.

Qu’est-ce qui a présidé à la création de Strandflat ?
Sur le fond, monter un label est un vieux projet personnel qui aura mis 25 ans (!) à aboutir sous la forme désirée : un univers visuel et musical particulier et de beaux produits (donc des vinyles !) où les œuvres sonores et graphiques trouvent un espace conséquent pour se rencontrer. L’événement déclencheur, fin 2012, aura été la découverte de Have The Moskovik : le moment de faire aboutir ce projet était venu.

Comment sélectionnes-tu tes artistes ? J’ai le sentiment que ton amour des objets physiques et des sons climatiques te rapproche d’une idée de la publication phonographique telle que la conçoit un label comme Shayo… Quelle philosophie cherche à développer le label à travers ses sorties ?
J’aime le pouvoir cinématographique du post-rock, donc c’est vers cela que se portent mes premiers choix : il suffit qu’une musique me « fasse son cinéma » pour que j’ai envie de la partager via le label. J’aimerais effectivement que les œuvres publiées se parlent les unes aux autres, ce qu’essayent de construire les compilations « Telluriques ».

Ta nouvelle sortie, Seilman Bellinsky, s’inscrit dans un genre post-rock élégant, puissant et bruitiste. Es-tu dans cette idée de construire un fond de catalogue « à la Constellation » ou tes prochaines sorties sortiront-elles de ce lexique musical ?
Constellation est une belle source d’inspiration, mais je ne veux pas me limiter au post-rock. 4AD, Lively Art et Lithium sont mes références majeures en termes de cohérence artistique, d’audace ou d’univers graphique.

L’explosion du marché de la musique engendre un renouvellement et une démultiplication du DIY. Quel espace de développement vois-tu pour le label en tant que structure, qu’il soit petit ou gros ?
Le numérique engendre une effervescence créatrice incroyable, c’est stimulant et vertigineux car faire émerger un groupe de ce bouillon de culture est une vraie gageure. Des modèles de diffusion comme Bandcamp bouleversent le marché en court-circuitant le diffuseur traditionnel, pivot parfois difficile à gérer pour les micro-labels, mais ce modèle a aussi ses propres limites comme le manque d’interactions que t’offre la plate-forme. Le retour au tangible ouvre un créneau pour les petits labels qui sauront sublimer ces supports.” Emmanüel Hennequin, Obsküre Magazine, février 2014

Your Name

  • Localisation: Saint-Malo, France
  • Email: voir la page Facebook
  • Pressbook: strandbook.pdf